Vous êtes ici

Insolite: une ville souterraine sous Pékin

Insolite: une ville souterraine sous Pékin
© National Geographic / Antonio Faccilongo
|

Sous les rues de Pékin, en Chine, on estime que plus d’un million de résidents occupent un vaste réseau d’abris nucléaires construit pendant la Guerre froide.

Dans les années 60 et 70, en prévision d’une catastrophe nucléaire liée aux tensions entre les États-Unis et la Russie, le gouvernement chinois a demandé aux villes de construire des logements comprenant des bunkers capables de résister à une bombe atomique. Rien qu’à Pékin, environ 10 000 abris du genre ont été aménagés.

Lorsque la Chine s’est ouverte sur le monde au début des années 80, le gouvernement chinois a alors loué ces micro-espaces à des investisseurs, prêts à être transformés en propriétés à revenu.

Pékin a connu une véritable explosion du coût des propriétés, s’étant hissé au troisième rang des villes les plus dispendieuses au monde, selon le magazine Forbes. C’est pourquoi aujourd’hui encore, ces abris souterrains accueillent des étudiants et des travailleurs en provenance des régions, incapables de s’offrir un meilleur logement.

Les conditions de vie y sont terribles. Bien qu’on y trouve de l’électricité, de l’eau courante et des installations sanitaires, le manque de ventilation rend l’air stagnant et empreint de moisissure. Les cuisines et salles de bains sont partagées entre plusieurs résidents, les rendant souvent à l’étroit et insalubres.

Un petit bunker peut être loué à partir de 40 $ par mois, alors qu’une chambre dans un dortoir souterrain d’une dizaine de résidents se loue pour une vingtaine de dollars.

En contrepartie, certains organismes ont commencé à rénover ces espaces en salles communautaires où jouer au billard, chanter du karaoké ou manger un repas !

Source : National Geographic

Pendant la Guerre froide, le gouvernement chinois a demandé la construction de bunkers à l’épreuve d’une bombe atomique.

Photo : Antonio Faccilongo

 

Aujourd’hui, ces abris nucléaires ont été convertis en logements résidentiels. Certains sont en bon état…

Photo : Antonio Faccilongo

 

…alors que d’autres le sont moins.

Photo : Antonio Faccilongo

 

Les logements sont surtout occupés par des étudiants et des travailleurs en provenance des régions, en attendant de pouvoir s’offrir mieux.

Photo : Antonio Faccilongo

 

Certains bunkers ont été convertis en commerces, en lieux de divertissement ou même, en salles de classe.

Photo : Antonio Faccilongo

|

Commentaires

Connexion

Pour contribuer à la communauté, vous devez
vous connecter ou vous créer un profil.